Grand Matabiau, ex-TESO : ça s’accélère

Le préfet de Haute-Garonne a validé le 16 décembre 2019 la Déclaration d’Utilité Publique de la première phase du projet qui durera jusqu’en 2022 et qui, selon Actu.fr, « a changé d’esprit en changeant de nom ». En fait de changement, seule la hauteur des bâtiments baisse à 35 m. En revanche rien ne change pour les habitant.e.s du secteur Saint-Laurent et Cheminots, copieusement ignoré.e.s par la presse locale et qui devront toujours se barrer quand leur rue sera détruite.

Un siècle d’urbanisation à Toulouse

Le Maire de Toulouse devait inaugurer le vendredi 13/12 2019 les tant attendues Ramblas. En raison de la météo, la fiesta est remise au 23 décembre. En attendant, c’est l’occasion de voir comment les pouvoirs successifs cassent et reconstruisent, nous faisant tourner en rond en s’en mettant plein les poches. Bref retour en arrière pour remettre les choses à l’endroit.

Lire l’article sur IAATA.

Pas de délogements ! Les habitants du quartier de la Reynerie écrivent au Maire de Toulouse.

Moudenc et sa clique continuent leur œuvre de démolition des quartiers populaires. Au delà de l’architecture, c’est aussi un modèle social qui est en danger, un modèle à base de solidarité et d’entraide, notions que l’on ne retrouvera plus dans ce que l’on veut nous imposer. Les habitants du quartier de la Reynerie se sont mobilisé.e.s pour écrire la lettre que nous reproduisons en partie ci-dessous.

LETTRE OUVERTE À M. MOUDENC, MAIRE DE TOULOUSE

Monsieur le Maire,

Nous sommes des habitants du quartier de Reynerie, un quartier de Toulouse qui est donc sous votre juridiction.
Nous venons d’apprendre que vous avez décidé de déloger, et donc de déplacer des centaines de familles qui vivent à Reynerie, ce qui nous concerne au plus haut point bien évidemment.
Nous tenons donc par cette Lettre Ouverte à vous faire savoir que nous voulons rester dans notre quartier, dans nos appartements, avec nos proches, nos familles, nos amis.

Par cette Lettre Ouverte nous vous faisons savoir que nous sommes tout à fait opposés à votre projet de délogements et de destructions, et cela pour plusieurs raisons :

1- Nous avons créé dans notre quartier des liens d’entre-aide et de solidarité qui nous permettent de vivre en bonne entente, et qui nous aident aussi à surmonter les nombreuses difficultés qui sont liées à la précarité de certains d’entre nous. Cela nous ne le retrouverons pas ailleurs, pas avant des années dans le meilleur des cas.

2- Un de vos arguments pour justifier ce délogement massif est de dire « il faut changer de population ». Doit-on vous rappeler Monsieur le Maire que nous sommes des habitants du quartier de Reynerie, quartier de Toulouse, ville de France ? Et qu’à ce titre nous sommes la population de Reynerie, de Toulouse, de France comme des millions d’autres habitants de ce pays ?
Nous ne sommes pas à considérer comme de la poussière ou des sacs de pommes de terre ou des meubles que l’on déplace au gré des décisions politiques, idéologiques ou économiques. Nous avons droit au respect de nos vies, de nos familles, de notre histoire dans la ville. Tout cela à nos yeux compte, et nous aimerions que cela compte aussi aux vôtres.

Lire la suite sur IAATA.

Le DAL sort les dossiers noirs du mal-logement

Un logement sur 20 est déclaré insalubre à Toulouse (5 % des logements) mais beaucoup sont dégradés et pas reconnus comme tels. Leurs locataires vivent dans le froid, les moisissures, l’humidité, les animaux nuisibles, le bruit des autres … autant de désagréments qui finissent par présenter des risques pour leur santé ou leur sécurité. Le DAL donner rendez les 14 et 15 novembre prochains pour une mobilisation devant la préfecture et au Capitole. Le détail ici.

Europacity is burning

Parfois la lutte paie. Le méga projet destiné à créer un autre pôle de loisirs à 3 milliards d’Euros au nord de la capitale dans le triangle de Gonesse a été annulé par Macron. Big up à toutes celles et ceux qui se sont mobilisé.e.s contre cette aberration. Lire l’article.

Toulouse by night

Nous relayons ici un petit communiqué trouvé sur iaata.info

Parce qu’il existe des tas de manières de s’opposer à cette métropole mortifère.

Depuis plusieurs mois, les chantiers de construction d’une zone d’affaires autour de la gare Matabiau a Toulouse continuent dans leur vaste entreprise de destruction de maisons et vieux quartier. Le projet TESO (toulouse euro sud ouest) veut reconfigurer la ville en une métropole technologique, policière et touristique.
Projet gargantuesque qui curieusement implique ces mêmes entreprises qui batissent toujours plus de prisons. Eurovia, succursale de Vinci, a vu pour cela une de ses machines bruler cette nuit du 4 octobre, sur le chantier de gentrification de la place Arago, extension du réaménagement de toute la zone visant a y installer ces cadres dynamiques et flexibles loin de ces rages jaunes, noires et vertes qui convergent.
Contre TESO et les industries de destruction massive et pour la liberté des GJ, prenons celle de rappeler a ces machines qu’elles ne sont pas les bienvenues dans nos quartiers.

Retour sur la rencontre Contre Euralille / AntiTeso – Librairie Terra Nova – 15 octobre 2019

Assemblée bien garnie pour cette présentation du bouquin Contre Euralille. Des contributeurs, seul Antonio Delfini sera présent, Rafael Snoriguzzi étant empêché. Le débat est modéré par A. d’Antiteso qui introduit la rencontre en faisant un parallèle entre le projet Euralille et celui de Teso à Toulouse.

Euralille est un quartier en périphérie de Lille. À la base, l’endroit était occupé par un bidonville, un habitat en autoconstruction d’environ 2000 habitants dans les années 1970. Tout n’était pas idyllique mais y régnait un réel esprit de communauté. Cet habitat a progressivement disparu, officiellement pour des questions de salubrité, officieusement pour servir de terrain d’exercice aux promoteur.e.s immobiliers.

Continue reading « Retour sur la rencontre Contre Euralille / AntiTeso – Librairie Terra Nova – 15 octobre 2019 »

Appel à coups de main, enquête au quartier Bonnefoy

Comment vit-on dans tous ces logements insalubres ? Comment est-ce que les habitant.es pensent de la gentrification du quartier ? On a besoin de vous pour en savoir plus.

Vous êtes passé.e.s une fois, ou plus, vous passez souvent… On a besoin de monde pour réussir la mobilisation autour des conditions faites aux personnes qui vivent encore sur la zone à détruire. Nous prévoyons de faire une Assemblée logement le dimanche 17 novembre 2019. Quel plus beau anniversaire des gilets jaunes que de se donner la possibilité de renforcer nos luttes ?

Pour que ça soit un succès nous voulons faire du porte à porte pour :

  • rencontrer les gens ;
  • expliquer la situation ;
  • recueillir des infos précises sur la situation des gens.

Si vous avez trois à heures une fin d’aprem pour nous aider ce serait vraiment sensationnel, en fait on n’y arrivera pas sans vous.

La suite ici.

La bétonisation ailleurs : Dijon

A l’instar de Toulouse ou Lille, d’autres villes françaises voient leur environnement en passe de se modifier. A Dijon, l’effet métropole joue à plein, permettant aux urbanistes locaux de justifier la création d’un nombre incroyable de projets d’habitats alors que la croissance démographique de la ville n’arrive même pas à 0,5%. Le prochain PLU prévoit la création de 15.000 logements neufs, au détriment d’espaces verts et de terrains vagues, parfois utilisés comme jardins par les habitant.e.s. En plus de densifier le tissu urbain, ces projets contribuent à créer de grands espaces dortoirs en périphérie des villes et à désertifier les campagnes en aspirant leur population. Voyage au cœur des projets de bétonisation de Dijon Métropole sur Dijoncter.info. https://dijoncter.info/voyage-au-coeur-des-projets-de-betonisation-de-dijon-metropole-1404

Quand la mairie encourage la dénonciation des précaires

Hervé Petton est coordinateur logement au service « Le Logement d’Abord » à la Mairie de Toulouse. Cette politique « innovante » est censée réduire le « sans-abrisme » en favorisant l’accès direct au logement aux personnes sans domicile. Mais pour cela, M. Petton a besoin de savoir le nombre de ces personnes. Pour cette raison il a contacté les collectifs autonomes (CREA, Autonomie, DAL…) luttant tous les jours pour que ces personnes puissent retrouver un peu de dignité.

Au delà du cynisme qui consiste à avouer l’inutilité des services mis en place par la ville en la matière, puisqu’il s’adresse directement à des collectifs solidaires qui ne sont pas mandatés pour cela et dont la plupart ne reçoivent pas un kopek de la mairie pour leur action, M. Petton souhaite également en faire des délateurs/trices. Etant donné l’action contre les squats menée par Moudenc depuis son élection et son récent arrêté anti-bivouac, comment ne pas voir dans cette demande une tentative de fichage des personnes et de repérage pour une municipalité qui a décidé de faire table rase des plus précaires dans le centre ville ? La CREA a donné sa réponse.